Dolce Vita

Guilde Dolce Vita du serveur Silvosse
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire du plastique recyclé !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: L'histoire du plastique recyclé !   Jeu 2 Fév - 23:26

Bien le bonsoir à tous et a toutes !

Je me lance dans la drôle avanture de ma vie ! Je sais que vous attendez cela depuis des années. Pour vous, ce soir, je commence la drôle histoire de... Moi. (j'suis trop LAULE) Bonne lecture.

Chapitre 1 - La naissance !

Je me prénomme Plemo-bil. Avant d'appartenir à de jeunes enfants j'appartenais à une femme, une vieille femme, veuve, seule et triste. Rien que d'y repenser j'en ai la chaire de poule. Je vais vous faire grace des détails. Sachez que j'ai passez la majeure partie de ma "première" utilisation à combler différents... orifices.
Naitre du polymère n'est pas la chose la plus excitente qu'il puisse être. Croyez moi. Brulé, compressé, écrasé, broyé, mouvementé, applatis, gonflé et j'en passe. Les possibilités sont impressionnantes.
Mais je ne suis pas le plus à pleindre, je pense. Un ami a terminé en tapette à mouche, un autre en joystic de manettes, je reçois souvent des lettres, dans lesquelles ils me parlent de divers rumatismes dont ils souffrent.

Je menais donc ma petit vie d'objet, cotoyant la même atmoshpère. Jusqu'au jour ou Roger. Un type d'environ 50 balais a dissuadé ma gardienne de nous séparer. Il n'était pas bien grand, environ 1m70, le ventre bedonnant, le visage fatigué, creusé par le temps. Il n'avait plus beaucoup de cheveux non plus, une moustache, ridicule d'ailleur.
La séparation a été une étape majeure de ma vie. J'ai connu des souffrances que vous ne pouvez imaginer. Sans me demander mon avis, des hommes ont commencer à ma manipuler dans tous les sens, ils me tiraient avec une puissance inimaginable. La douleur m'engourdissait.
Quand je me suis reveillé je pouvais plus ou moins bouger. Je scrutais l'espace autour de moi. Une armée de petits bonhommes, tous similaire. Ca me rappelait les clones, dans Stars Wars. A l'exception de l'uniforme blanc et des armes. Je n'ai pas vraiment compri ce qu'il se passait.

Puis j'ai été enfermé dans une boite, dans un petit paquet avec pleins d'accesoires. Les choses devenaient de plus en plus incompréhensibles. Quel était ce vacarme assourdissant qui résonnait au loin ? L'angoisse et les questions commencaient à m'envahirent. Connaissez vous ce sentiment ? Celui d'être plongé dans une situation où vous perdez le fil, le contrôle. Tout à coup, tout s'est stabilisé. Un trou dans mon emballage me permettait de scruter l'extérieur. Je vis une grande allée, pleines de boites empilées sur des étagères. Il faisait sombre. J'avais froid. J'avais peur.



Suite au prochain épisode !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Ven 3 Fév - 10:35

Chapitre 2 - La recontre !
Ca faisait quelques jours que j'étais coincé ici, entre une odeur de neuf et de carton fraichement sorti de l'usine. Je commençais à m'habituer à l'ambiance, bien que ce ne sois pas la grande fête. J'avais fais la rencontre d'une demoiselle qui était à l'époque utilisé comme bouchon afin de diminuer les ondes sonores. Elle s'appelait Leya, enfin elle s'était baptisé ainsi. Moi c'était Bil mon surnom. Plus simple.
On apprenait à se connaitre, il n'y avait pas vraiment d'autre choses à faire. Elle avait les cheveux noir. Long et lisse, des yeux bleues. Son regard m'intimidait. Je crois qu'elle était belle. Ouaip, elle me plaisait.

Les jours se succédaient l'un après l'autre. Chaque fois c'était pareil. Vers... 8 heures du matin la lumières éblouissait l'espace. Une musique résonnait entre les gondoles. J'entendais des enfants pleurer, je les voyais se rouler par terre, leur mère, dépité par la situation, les grondaient, les frappaient ou cédaient à leurs caprices. J'avais réalisé que je me trouvais dans un supermarché, ma prison n'était en fait qu'un paquet que les gens pouvaient acheter, et moi, leur jouet.

Les nuits étaient froides. Les odeurs de poissons, de viandes, et de fruits se mélangeait et formaient une odeur nauséabonde. Il y avait toujours ce sifflement dans ma tête, à force d'entendre ces mélodies, ces gamins et ces femmes. Je les enviais. Eux et leur liberté qui m'était innaccessible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Mar 7 Fév - 11:32

Chapitre 3 - Le départ !


Il était tôt. Le sol se mit à trembler violemment et secoué dans tout les sens. J'observais l'exterieur et je voyais ma boîte se déplacer dans les airs. Quel folie. Puis elle tomba violemment. Je perdis connaissance.

"papapapapapapapapa ! Prend ca sale dragon ! papapapa !"

Doux Jésus ! Je venais d'ouvrir les yeux et quel spectacle se donnait à moi. Un chateau attaqué par un dragon. Je regardais l'espace autour, quel sinistre paysage. Une citadelle en ruine, de la lave, des hommes en armures... Et ce monstre qui terrorisait la foule. J'interpellais une vieille femme qui courrait.
" Hep ! Excusez-moi mais que se passe t'il ? Où suis-je ?
- Mon enfant ne restez donc pas ici ! suivez moi ! "

Elle m'empoigna par la main avec une force déconcertante, et me tira jusqu'à une trappe qui descendait aux égouts.

Nous avons marché pendant quelques heures. Sans se parler. Elle marchait d'un pas lourd. Tout en chantonnant une petite mélodie. Quand tout à coup, elle me dit de monter une échelle, je m'exécutais.
Une fois sorti de ce trou, le paysage était d'autant plus effrayant. des loups enrragés, des scorbutes m'entourraient. La ville que je voyais au loins brulais, les cris poussés par les jeunes filles déchiraient le silence. La vieille femme m'entrainna vers une petite maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Mer 8 Fév - 15:06

Chapitre 4 - Défend toi !
Tandis qu'elle m'avait assis sur un lit, couvert d'une couverture, la femme préparait un brevage. L'odeur embaumait la maison. C'était agréable. Puis elle parla.

" Alors mon p'tit gars, qu'est ce qui t'amène ici ?
- C'est... C'est justement ce que j'essai de comprendre madame.
- Tu f'sais quoi avant ? t'étais où ?
- Je préfère pas en parler...
- Un p'tit mystérieux ... Ici t'es dans le monde des 14. Aux portes de la terrifiante cité de Brakmar. C'est la guerre mon gars.
- Le monde des 14 ? j'y comprend rien.
- Boit ta gamelle. On parlera demain. Une longue journée nous attend."

Elle éteigni la lumière. S'enfonca dans une mine, caché derrière sa marmite et me laissa.
Le monde des 14. Qu'est ce que c'est que ces conneries. Il fallait que je dorme.


" Bon Dieu ! D'bon dieu ! Pourquoi le dieu Enutrof m'a il encore chatié ! qu'ai je fais ?!
- Qu... quoi ?
- Lèves-toi ! Il est temps de voir quel genre de p'tit gars tu es.
- Hein ? Mais quelle heure est-il ?
- Déjà trop tard ! Hop ! "

Mon hôte m'entrainna dehors.

"Il est tend de voir c'que tu vaux ! J'ai invité un ami pour t'entrainer.
- Un ami ?
- ERGO ! "

La terre se mit à trembler, une odeur infecte me montait au nez, quand tout à coup.

" Mais c'est quoi ce truc ?!
- Salut, moi c'est Ergo, Troll des plaines de cania.
- En.. enchanté.
(La femme pris la parole)- Va y doucement Ergo.
- Ne t'en fais pas.
- Comment ça "Doucement" ? Dis-je inquiet."

Ni une, ni deux, le Troll lança son poing dans ma direction, mais un voile m'entourra et repoussa l'affreux.

La vieille femme étonnée, mais sans faire preuve d'enthousiasme, dit
" Oh, un feca. Sur ceux mon ami... il est temps de t'instruire.
- C'était quoi ça ?
(Pendant ce temps, Ergo s'en alla après avoir saluer mon hôte)
- Ca c'était ton premier combat. Et toi, tu es un disciple de la Déesse Feca (elle me tendait un livre) Et comme tout Feca qui se respect, commence par lire ce livre. Puis quand tu auras finis... lis ceux de la bibliothèque derrière toi."

J'étais vraiment pas emballé. Ces quoi ces livres ? Cette histoire de feca et de monde des 14 ? D'ailleur, c'est qui cette bonne femme ? Il y avait encore tant de choses à decouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Mer 8 Fév - 15:29

Chapitre 5 - L'aventure commence !



"Bon Dieu ! D'bon dieu ! Pourquoi le dieu Enutrof m'a il encore chatié ! qu'ai je fais ?!"

A croire que cette phrase devenait mon réveil. Tous les matins j'y avais droit. La femme qui m'hébérgeait, était une veuve Enutrof nommé Moneta. Elle avait perdu son époux il y a une dizaine d'années, qui avait mis en jeu sa vie dans un combat de boufbowl. Elle poussait ce même cri tout les matins, quand elle rentrait bredouille de la mine. Moi, ça faisait quelques lune que j'étais ici. J'commençais à piger ce qu'il m'arrivait, tout ca n'était pas la réalité. J'étais dans un jeu, mais il fallait que je survive. Car cette aventure allait devenir la vie du plemo-bil que j'étais.


C'était un petit matin de printemps. On toqua à la porte. Moneta, surprise; n'avait pas l'habitude de recevoir de la visite, à vrai dire, elle n'en avait jamais; S'empressa d'ouvrir la porte. Elle cria.
" Hiiichiiiirooo ! Mon petit garçon comme tu as grandis ! Ce que tu es bel homme ! Viens, entre je vais te présenter ! Bil, voici un petit cra que j'ai adopté il y a des années, il est parti à la guerre, mais le revoila !
- Salut. dis-je timidement
Hichiro, voici Bil, un p'tit feca que j'héberge depuis quelques temps. Il n'est pas très bavard, mais c'est un bon p'tit gars !
Il me lança un sourir dominateur.
- Bil, c'est ça ? Enchanté.
- Assieds toi ! Je vais te servir une gamelle ! exclama Moneta."

Hichiro... quel type bizarre. Il était du genre fanfaron, il parlait beaucoup de lui, ses exploits de guerre et ses conquêtes amoureuses. J'avais du mal à le cerner, si je devais passer le reste de mes jours ici je crois que je le tuerais.

" Dis moi, Bil. Quel genre de monstre as tu déjà pourchassé ? Me dit-il.
- A vrai dire... aucun. J'ai surtout étudié dans les livres.
il riait.
- L'experience mon vieux ! l'experience du combat. Moneta, peut on sortir quelques heures ? ne t'en fais pas, il est avec moi !
- Allez-y, mais soyez prudents.
- Tu as peur Bil ? Allez viens.
- Qu.. Quoi ? Moi peur ? laisse moi rire ! On y va"

A vrai dire, depuis Ergo, c'était la première fois que j'allais combattre. J'avais appris quelques sorts, mais jamais pratiqué.

"Stop ! (Chuchotta Hichiro) Tu vois ce sac à puce jaune ?
- Le kanigrou ? Ouaip.
- J'vais te montrer c'est qui le patron."
Il sauta devant lui, sorti son arc à une vitesse folle et décocha une flèche entre les deux yeux de l'affreux. J'étais étonné ! Quelle classe, quelle élégance dans le geste.

"Tu vois (me dit-il) C'est ça la roxxativité.
- Tsss, t'as pas les chevilles qui enflent ?
- A toi maintenant.
- J'ai une meilleur idée, pour tester ta "roxxativité". J'ai trouvé ces clefs, ca te tente.
- Les... les clef du Donjon canidé ?!
- Quoi tu as peur ?
- N..Non, moi pe..peur. Jamais. Allons y."

J'étais scéptique. Il tremblait comme une feuille. Mais bon, nous étions déjà dans l'antre du donjon. On ne pouvait plus reculer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Jeu 9 Fév - 22:54

Chapitre 6 - C'est qui ce mec ?!


Je me cramponnais à mon bâton. Il y avait une odeur de chien mouillé qui flottait dans l'air. Cet endroit me donnait la chaire de poule. Il faisait noir, on avait du mal à discerner le mobilier de l'endroit. Je crois que c'était des cages. Oui, pleins de cages, de la paille à l'interieur.
J'avancais, concentrer et à l'affut du moindre petit bruit. Je pouvais entendre du mouvement. C'était proche de moi. Parfois des grognements. Je reconnaissais ce bruit, ca ne pouvait être qu'un Kanigrou. Hichiro n'était pas dans son êtat normal. Lui, toujours si sûr de lui, si prétentieux, ne parlait pas, il marchait très prudemment, son arc tendu vers l'avant, prèt à envoyer ses puissantes flèches.

"Hichi...
- Tait-toi ! Il ne faut pas qu'ils nous entendent "

Je rêvais pas, quelque chose l'effrayait ici. Je voulais comprendre ce qu'il lui arrivait.

"Stop, nous ne sommes plus seuls. Voilà. On emmène les jeunes à l'avanture, et on a des problèmes.
- Dit donc ! C'est toi qui me parlais d'expérience, de combat, patati et patata ! t'as la frousse ou quoi?
- Tss ! J'ai jamais peur avorton.
- Frimeur.
- Ferme la
- T'as dit quoi ?!
(il s'est brusquement retourné vers moi et a chuchotté en me couvrant la bouche)
- chhhhut, tu vois la bas ? on voit ses yeux rouges. Je vais te montrer.
- Nan ! laisse moi, c'est mon tour.
- (...) Ok va y."

Je me suis avancé vers la silhouette. La gorge nouée. J'agripais mon arme, j'avalais quelques bouts de pain. Puis le monstre s'approcha de moi. Hichiro rigolait.
"Un milimulou, t'es un veinard ! Ahaha"
Quel idiot ce type. La bête s'approchait doucement vers moi. Et ce mit à courir. Par reflexe j'ai sauté sur le côté pour l'éviter. Hichiro, surpris par la charge de l'ennemis lui donna un coup au bassin. Le combat était terminé.

"C'était le miens !
- Relèves-toi, andouille. T'as faillit te faire tuer"

Il m'ennèrve ! Que dalle me faire tuer, c'était une esquive. Il y connait rien !

Plus nous avancions dans l'antre, plus il y avait d'action. Des Kanigrous, des Mulous et tant d'autres monstres ! Bien sûr, jamais pour moi. Je me contentais de le protéger contre de gros dégats. Je voulais en achever au moins un. On continuait à avancer. Il y avait, pour la première fois de notre excursion, de la lumière. Des torches accrochées. Eparpillé un peu n'importe comment sur la paroie. En fait, l'endroit était caremment glauque ! Des toiles d'arreignés, de la poussières, des carcaces. Je préférais quand on marchait dans le noir.

Le couloir était immense. Ca faisait au moins 1heure que l'on avançait. Sans croiser âmes qui vivent, ni monstres, ni avanturiers. Hichiro était toujours très silencieux.
Quand tout à coup. Une sinistre porte se déssinait devant nous. Elle était faite d'os, de cornes, et de chaire. C'était une porte gigantesque. Effrayante, elle sentait le sang.

"Bil. Ca, ça ne me dit rien qui aille.
- Je crois aussi..."
Je poussais la porte. Une voix roque et forte se fit entendre

"Qui êtes vous ?"
L'être poussa un hurlement, le sol tremblait, des pierres tombaient du plafond. J'avais du mal à tenir debut.
Il était là, assis sur son trône.

" Le Meulou ! "
Prononça Hichiro. Il se tourna vers moi. Il tremblait, c'était la première fois que je le voyais dans cet état.
" Ecoute moi bien, minus, je dois t'avouer un truc... J'ai les pétoches.
- Tu as quoi ?!
- Arrète, tu m'as très bien compris.
- T'en fais pas ça va aller ! "

J'étais soulagé ! Le patron de l'endroit répliqua
"Excusez-moi les gars. Je voudrais pas vous déranger mais vous êtes chez moi, vous savez ce que ca veut dire ? Que vous allez.... Mourir."
Il nous lança un sourir d'excitation, se leva et se mit à courir vers nous.
Hichiro lui envoya une, deux, trois flèches. Sans aucune réaction de l'affreux, il se jeta sur lui et le frappa de pleins fouet ! Heureusement que mon armure était là, Hichiro n'a rien eu de grave. Il le repoussa d'un coup de pied, se propulsa dans les airs grace au trône présent, lui envoya 2 flèches dans l'épaule. Mais ca ne lui faisait rien. Le Meulou ne laissait transparaitre aucune émotions, aucun signes de douleur.

"Bordel Hichiro ! tu fout quoi ? Démonte le !
- T'es marrant toi ! j'fais ca comment ? fais le toi qui est si malin !
- Fout lui un coup d'épée !
- Quoi ? Un coup d'épée ? Quelle épée ? tu m'as pris pour un de ces stupides iop qui..."

C'est pas malin de parler en pleins combat, j'étais pas concentré. Le Meulou... si. Visiblement. Assez, en tout cas, pour frapper ce stupide cra.

" Mon dieu, ca fait mal.
- Tu m'as dit que tu avais l'épée toche !
- MAIS J'AI LES PETOCHES ! Tu me les brises ! Ca fait quoi ? tu vas aller le dire à tout le monde ? Ca y est, Hichiro la star du monde des 14 ! Il a les PETOCHES ! Regarde ma plaie, je saigne.
- AAAAAAH ! Tu as peur en fait ?! J'avais cru comprendre que tu avais l'épée... tu sais l'épée To..."

Il me regardait, comme si j'étais un être stupide. C'était pas du dégout dans ses yeux. C'est de la pitié, de la lassitude. En fait, il avait l'air exaspéré. Sur ce coup... j'ai pas été doué.

"Bil, j'crois que tu vas devoir te débrouiller seul. J'arrive plus trop à bouger."

Je le mit contre le mur, et me retourna. Face à face avec mon adversaire.

" Toi, t'es pas cool !" Dis-je.

J'sais pas trop ce qu'il a bien pu me passer par la tête. Je me suis lancé vers lui, après une vingtaine de coups de bâton, dans le visage, les côtes, le foie. Je fit éjecté à plus de 20 mètres. En fait, tout mes mouvements ne servaient à rien. Il restait de marbre, insensible.

"Mais tu fais quoi ? Choppe lui les baloches ! " Hurla Hichiro.
Le Meulou le regardait. Inquièt.
Pendant le court instant ou il baissa sa garde, j'en proffita pour me lancer vers lui, sauter, glisser entre ses jambes. Attraper le monstre et tirer de toute mes forces. D'un coup ce fut le silence total.

(...)

c'était long...

(...)

Très long...

(...)

bon...


Le meulou baissa la tête. Me regarda. Je souris bêtement. Il avait l'air... horrifié. Il regarda, ensuite, Hichiro. On voyait dans ses yeux, une douleur indescriptible. Puis il déchira le silence. En hurlant toute la souffrance de son corps. Il tapait dans le mur se roulait par terre, dans tout les sens, il pleurait. Je me suis relevé, je l'ai regardé et j'ai crier, heureux.

" C'EST QUI L'PATRON ?! PAUVRE POMME ! "

Hichiro m'aggripa le bras et me dit "Faut pas rester là". Il m'entrainna dehors de la salle à toute vitesse. On refaisait le chemin en sens inverse. Il avait du mal à courir, mais se forçait.
Une fois dehors, hors de dangé, il prit la direction de la maison de Moneta. Exaspéré.

Moi, tout content, je commencais à chanter.

" 1, 2, 3, c'est moi le roi !
4. 5. 6, j'suis trop ... j'suis trop.. euh, tu connais pas un rime en "isse" ?

- La ferme, minable.
- Ca rime pas...
- tu me fatigues. Et jette moi c'est testicules bon sang !
- T'es malade ? Souvenir de guerre !
- Pathétique."

On arrivait enfin. Moneta ralaît toujours de sa rentrée bredouille de la mine. Le soupé était prèt. J'était fière de cette journée. De mon combat. Pour vous dire, j'ai toujours mon trophé. Il me sert d'oreillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Sam 3 Mar - 21:40

Chapitre 7 - La légende

Je me rendais à la bibliothèque. Elle se trouvait à quelques heures de marche de la cabane de Moneta. Je m'étais levé de bonne heure exprès. Les plaines de Cania sont magnifiques aux aurores. Le soleil éblouissait l'horizon de ses couleurs rouges. Les corbacs commençaient à chanter, les kanigrous, les blops et les craqueleurs n'étaient pas encore sortis. Il n'y avait personne. Je marchais sur un sentier. Seul.



J'arrivais dans le village d'Amakna. C'était d'ailleurs la première fois que je voyageais seul, si loin. Hichiro n'avait pas voulu m'accompagner.

[ Discussion de la veille]
"- Quoi ? A la bibliothèque ? (Hurla Hichiro) Mais t'as cru que je n'avais que ça à faire ?
- On va bien rigoler !
- Entre les livres et l'autre bigleux qui dirige l'établissement ? laisse moi rire. Va y sans moi. J'ai d'autre wabit à fouetter."

Une odeur de croissant chaud et de pain planait dans l'air. Ca me donnait faim. J'en profitais pour faire une halte dans une taverne à quelques pas de ma destination finale.
Une jeune sram m'aborda, pour me demander ce que je désirais consommer. Je pris un verre de lailait et des oeufs de dragoeuf brouillés.
Un vieille homme fumait la pipe dans le fond. il m'observait, je sentais son regard. Mais je n'osais pas le lui rendre.




Il était temps de me rendre enfin dans une longue et plaisante découverte littéraire ! J'ouvrais les portes de la bibliothèque, un homme a lunette me souhaita la bienvenue. Petite pensée pour Hichiro.

Les heures passaient. Les livres aussi. Je n'avais pas de but précis dans mes recherches. Je voulais tout savoir. Tout comprendre. Puis un manuel se donna à moi. Il était là. Il dégageait quelques choses... le silence régnait dans le bâtiment. A croire que les gens ne s'instruisent plus. J'observait le livre. Je tendais la main pour l'attraper quand soudain je fit attirer vers l'arrière.
"Ne touche pas, jeune inconscient !
- Vous ? vous m'observiez tout à l'heure. Je vous reconnais. Qui êtes vous ? Que me voulez vous ? prononçais-je affolé.
- Du calme. Suit-moi."
Il m'entraîna dans les sous sols de l'édifice.
"Assieds toi. Tu es Plemo-bil n'est ce pas ?
- En effet, comment me connaissez vous ?
- Peu importe. Ecoutes bien ce que je vais te dire, nous n'avons pas beaucoup de temps. Tu es piégé.
- Piégé ?
- Oui. Piégé dans l'imaginaire.
- Que voulez vous dire ? (J'avais un peu de mal à comprendre ce qu'il me racontait, comment connaissait-il mon nom ?)
- Toi, moi, tes amis, Hichiro, Monet..
- Vous les connaissez aussi ??
- Laisse moi finir ! Bref, vous tous, vous êtes piégé dans l'imaginaire. Voilà ce que tu devra faire pour t'en sortir. Toi et tes amis. Il te faut retrouver 6 oeufs magiques.
- C'est tout ?
- Tu crois que c'est si facile ? Rares sont ceux qui connaissent le réel pouvoir de ces oeufs. Selon la légende, ils permettraient à celui qui les possèdes de quitter ce monde et ne plus être l'objet des dieux. Tu devra aller voir un homme. Il se prénomme Koab. Tu le trouveras dans les profondeurs des racines de l'arbres d'otomaï
- Des dieux ? Koab ? Otomaï
- Cesse de réagir comme un iop ! Et va rendre visite à Koab. Je dois partir à présent.
- Hein ? Partir ? allons nous nous revoir ?!
- Que la déesse feca te gardes Bil. Suit le chemin derrière toi. Tu sortiras a Brakmar."

Une lumière blanche m'aveugla, l'homme disparut. Derrière moi... il y avait effectivement un chemin. Sombre, humide, rocailleux. Je m'y aventurais.

Je ne comprenais pas le pourquoi du comment, c'est qui ce type ? Ces oeufs et sa théorie farfelue. Je devait trouver ce Koab ! Mais avant ça, un nouveau défie m'était donné : Me rendre à brakmar grâce à cette route !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Jeu 15 Mar - 19:17

Chapitre 7 - Raccourci ?

J'observais attentivement les lieux. L'endroit ne m'était absolument pas familier et je n'aimais pas m'aventurer en terres hostiles sans Hichiro. Sa compagnie est parfois pesante mais je dois avouer qu'elle me rassure. Il faisait plutôt froid, la grotte était également très humide. Plus j'avançais, moins je discernais ce qu'il y avait devant moi. Aussitôt dit, je ne voyais vraiment plus rien. Contraint de procéder à la magie je créa une petite boule de feu que je gardais dans ma main pour m'éclairer. Quel endroit ... J'étais seul, dans une grotte je ne sais ou en amakna.

Des voix résonnaient au loin, des ricanements. Rien de rassurant. S'il n'ont pas peur, moi, j'étais mort de trouille ! Je m'engouffrais de plus en plus, et les bruits devenaient de plus en plus fort et beaucoup plus fréquent. Par moment, j'avais l'impression de voir des ombres sur les parois.

Je m'arrêtais net. Quelque chose venait de me frôler. Je sentais les sueurs froides couler le long de mon dos. "Allez bil ! Soit un feca" me disais-je. Et je continuais d'avancer. Cependant mes palpitations devenaient de plus en plus rapide. Mes jambes tremblaient d'elles mêmes.

Un bruit de vent arriva de derrière. En un dixième de seconde, je me retourna, et par réflexe me baissa. Une flèche enflammé venait de me passer juste par dessus la tête. Etrange. Je n'osais pas appeler de peur d'attirer des monstres. Je me résolu à prendre mon courage à deux mains et continuer ma route. Quelques minutes après, le même bruit, mais cette fois il y avait deux flèches. Elles illuminaient la grotte sur leur passage. Il y avait quelqu'un derrière moi, et ces flèches étaient destiné à lui éclairer la voie. Personne ne savait que j'étais ici. On me suivais, c'étais sûr. Mais qui est-ce ? Soit je continuais ma route, risquant d'être pris au piège par les monstres de devant et le mystérieux inconnu derrière... soit j'éliminais mon pourchassant.

La deuxième option me semble la plus sage. Si je l'élimine, cela me laisse une issue de secours en cas de problème avec les monstres devant moi... Je suis confus, la peur me fait angoisser et mes talents de stratèges en prennent pour leur grade. Je me cachais derrière un rocher. J'attendais qu'il arrive. 10 minutes, 20 minutes. Que fait-il.

Quand tout à coup, ses pas se laissent entendre. Il n'est pas très discret en tout cas. Il arrive devant moi, je ne peux voir son visage, il porte une capuche. C'est un Cra. S'il est aussi stupide qu'Hichiro c'est dans la poche. En une fraction de second je me téléportais derrière lui et le frappa à la tête de toute mes forces. L'homme s'écroula par terre.

Je m'approchais doucement de lui pour lui retirer son capuchon. Quand sa main me serra au cou. Mon dieu il est fort mine de rien. Il hurla.

"C'est moi Abrutis ! Fils de rat d'égout ! Mais t'es complètement malade ! Heureusement que tu tapes comme une Eniripsa !
- Hichiro ? Que fais tu ici ?
- Je culpabilisais de t'avoir laissé seul, je me suis dis " Va y hichi, rejoins le, il est tellement inconscient qu'il pourrait se blesser". Et moi qui ai un coeur ENORME ! Je suis venu te rejoindre, j'ai envoyer un tofu messager, mais visiblement tu ne l'a pas reçu... Je savais que je ne devais pas faire confiance à ce bougre d'escroc qui tient la compagnie "Tofu's Express", j'irai lui régler son compte. Tu te rend compte combien j'ai payer pour t'envoyer ce message ? 200 KAMAS, tu sais ce que ça représente ? Hein ? Non ! Toi tu t'en fout, tu préfère gambader dans les prairies d'astrub, en chantant l'hymne de Bonta. Puis fais toi des couettes dans tes cheveux tiens, on t'appelleras "Heidi" ! Oui ! " Heidi, le feca Travesti qui cour dans les prairie d'astrub, accompagner de Bilou le Bouftou !" Je vois déjà les gros titres ! "

Pendant qu'il faisait son monologue je continuais ma route, mais ...

"Ecoutes moi quand je te parle ! Nom d'un gougon ! Voilà les remerciements ! Ah, merci Moneta de m'avoir forcer à venir ! Merci !
- Je croyais que tu étais venu de ton pleins gré Wink
- Hm... Passons, tu sais où tu es là ?
- Pas vraiment à vrai dire... Un type bizarre m'a dit que ce chemin mène à brakmar.
- Brakmar c'est pas le bon plan... j'ai lu dans le journal que Bonta passait à l'offensive aujourd'hui...
- C'était dans le journal ?
- Oui, pourquoi ?
- Quelle bande d'idiot ces Bontariens, aussi subtil est imprévisible qu'un bwork. On y va."

On continuait d'avancer. J'étais soulagé qu'il soit là. Mais hors de question de lui dire. Tout à coup, je vis une masse s'approcher de moi. Puis le trou noir.

Lorsque je repris mes esprits j'étais chez Moneta, allongé, avec une serviette humide sur la tête, une migraine effroyable. Je me leva pour me passer le visage sous l'eau, quand je vis mon visage dans le miroir j'ai hurler "Patronus !".

"Bil ! retourne te reposer ! s'écria Moneta.
- Que s'est-il passer ?
- Hichiro ne m'a pas expliqué, il t'as ramené ici, inconscient. Il te portais sur son dos. Tu lui demanderas plus d'explications demain, pour le moment repose toi, tu à un vilain oeuil au beurre noir.
- J'avais remarqué... "

Puis elle s'engouffra dans sa mine en ronchonnant, comme à son habitude.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Mar 20 Mar - 20:23

Chapitre 8 - Légion !

Les premiers rayons du soleil pénétraient la pièce dans laquelle je me trouvais, la douleur qui prenait mon visage m'empêchait de dormir. Je me regardais dans la miroir et je pouvais constater les horribles marques qui recouvraient mon visage. Qui a bien pu percer ma défense et m'infliger de tel dommage... Cela dit, je n'étais pas vraiment concentré à ce moment dans la grotte ... Ils ont du profiter de ce moment de faiblesse. Mais comment Hichiro a t-il pu me ramener ici ? Je le cherchais partout dans la maison mais impossible de mettre la main dessus. J'appelais Moneta dans son trou.

"Moneta !! Tu es là ?! "

Elle arrivait en traînant les pieds, l'air pensive et triste.

"Tu m'as appelé Bil ? Comment vas-tu ce matin ? Mieux ? Hichiro t'as ramener très mal en point ...
- Oui je vais bien, merci. A ce propos, où est-il ? Tu vas bien toi ? Tu m'as l'air... ailleurs.
- Tu trouveras Hichiro dehors... dit-elle. Je voyais dans ses yeux que quelque chose la préoccupait...
- Tu es sûre que tout va bien ?
- Ne t'en fais pas. Allez j'y retourne, j'ai trouvé quelques pépites d'or."

Elle s'en alla a nouveau, j'enfila une cape et sorti.

Hichiro était monté au dessus de la colline qui bordait la maison. Je l'y rejoignis. Il me salua de la tête. Je ne voulais pas troubler ce moment de la journée, si reposant. Comment prévoir une guerre entre les deux plus grandes nations de cette contrée, alors qu'il silence pareil régnait. L'ont pouvait voir toute la plaine d'Amakna depuis ici. C'est magnifique. Puis Hichiro pris la parole.

"T'as perdu ta langue minus ?
- Qu .. ? Je ne voulais pas briser le calme.
- Aha, ne t'en fais pas, je suis ici depuis 2 heures déjà.
- Tu t'es levé tôt ?
- Je n'ai plutôt pas réussi à dormir.
- Que s'est il passé hier, dans la grotte.
- Hier ? Tu es resté endormi presque deux jours et deux nuits.
- Deux... Deux jours ?
- Hé oui, minus, ils t'ont vraiment bien abîmés.
- Qui ça "Ils" ?
- Tu sais, le journal, les miliciens Bontariens qui devaient attaquer Brakmar, ils sont passés par ce tunnel. Une petite escouade de dix soldats. Ils ont surgis de nul part et t'ont attaqué à plusieurs, leur premier coup ne t'as pas épargné. KO en deux secondes. Sans doute car ils ne voulaient pas avoir à faire face à un Feca.
- Et toi, qu'as tu fais ?
- Quelle question... Tu es ici non ? Ils n'ont pas réussi à arriver jusqu'à la citadelle. Je t'ai porté sur mon dos jusque la bas, ai prévenu la milice Brakmarienne qui a contré les vagues suivantes.
- Tu as tué dix hommes, seul ?
- Un jeu d'enfant... Ils n'étaient pas disciple d'un dieu en particulier, donc ils ne représentaient aucune menace potentielle, pour moi en tout cas.
- Pas mal, tu n'es pas si mauvais que ce que je pensais.
[Il riait]
- Je dois aller à Otomaï, voir un certain dénommé Koab.
- Ce coup ci, ça se fera vraiment sans moi.
- Mais pourquoi ?!
- Je n'ai pas supporté l'attaque de Bonta, je me suis engagé dans la légion Brakmarienne.
- Tu es sérieux là ?
- Oui, je pars ce soir. Je souhaitais profiter une dernière fois de ce paysage, qui risque de ne plus ressembler à cela, un jour.
- Attends, attends, attends ! Tu n'es pas obligé !
- Trop tard camarade, j'ai signé.
- Je comprend maintenant pourquoi Mamie était si muette.
- Elle a l'habitude que je parte, mais pas pour la guerre.
- Si tu pars, je pars ! Toi, sans moi ? Je ne te donnes pas 1 semaine à tenir, après tu seras fouetter pour avoir déserté !
- C'est toi qui dit ça ? Alors qu'il y a a peine de jours tu gisais sur le sol, agonisant inconscient.
[Je ne savais que dire, un silence de cinq minutes régnait]
- Je me demandais. Comment imaginé la guerre, alors qu'il y a un silence si.. profond ici ?"

il me répondit simplement "C'est le calme avant la tempête", se leva et dit " Je vais préparer ma besace, à plus tard"

Ces paroles étaient si... effrayante. Se pourrait-il qu'il ai raison, que ce royaume soit détruit à cause de la stupidité de l'homme. Je restais assis ici quelques temps, puis rejoignis Hichiro et Moneta.
Le soupé était prêt. J'annonça à Moneta mon choix, de partir avec Hircho me battre au front. Elle n'étais pas consentante, mais j'avais pris ma décision, je ne voulais pas revenir sur ma décision, Hichiro m'avait sauvé la vie, je devais lui rendre la pareil.

La journée passa. La milice toqua à la porte nous chercher. Un dernier câlin a Moneta, je l'ai remercié pour tout ce qu'elle a fait pour moi. Pris mon sac et partis avec les gardes.

Hichiro me lança un regard. J'y lisait de l'excitation. Il me dit :

"En route, morveux ! "
[Nous sourions bêtement tous les deux et je dis]
"Ca va barder !"

Je me retournais, pour regarder Moneta. Elle était sur la pallié de la porte a nous regarder disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Mar 27 Mar - 19:09

Chapitre 9 - Ca va faire "BOOM" !


"Levez-vous ! Bande de déjection de tofu !"

Comme tous les matins depuis une semaine, Ce disciple de iop venait nous réveiller d'une manière... disons brutale. Gare à nous, si dans la seconde nous n'étions pas habillés, prêts à l'entrainement. Par hasard, ce matin je n'étais pas motivé. Je grommelais, me cachant sous la couette.

"Légionnaire Bil ! Debout ! Exécution !
- gmmmgll.. hmm ?"

j'entendis un vague "Non mais je rêve !", aussitôt mon couchage se retourna. Je vint à réaliser ce qu'il eut été et me leva d'emblée.

"Chef ! Oui Chef, pardonnez-moi Chef ! Je n'étais pas réveillez, ni conscient de mes actes Chef !
- Chef ? dit-il surpris, puis il m'hurla dessus. CHEF ?! Tu m'as pris pour qui jeune sous fifre d'Alister ! Chef ?! Je crois que tu n'as pas conscience de l'endroit ou tu te trouves ! En position de pompes !
- Pardonnez moi ! dis-je affolé, puis je m'exécutais.
- 1, 2 ,3 ,4 ... Plus vite légionnaire ! 5, 6 , 7, Vous faiblissez légionnaire ! 8, 9... allez plus de nerf ... 9 ... La neuvième de veut pas passer ? On recommence ! 1, 2, 3..."

Une série longue et fatigante m'attendait. C'est vrai... je ne suis pas très sportif de nature, autant dire que ça devenait carrément pesant.

" 28, 29, 30, on continue [...] 98, 99, 100 ! Voilà qui devrait vous avoir calmé. N'oubliez pas petit légionnaire, Je suis Sergent Chef, et aujourd'hui vous avez l'honneur, votre division et vous, de venir vous entraîner avec moi, dans le champ de tofukaz ! Maintenant enfilé un pantalon et rejoignez nous à l'extérieur, tout le monde vous attend !"

Je me hâtais de me vêtir et me rendre dehors. Tous mes camarades étaient prêts. Au garde a vous dans l'allée. Je me sentais ridicule. Tout d'abord, de part ma taille, mais aussi du fait de porter ce casque ridicule qui ne me sied absolument pas. On se rendait au champs de tofukaz, c'était la première fois que je m'y rendais. Il parait que l'endroit et plutôt dangereux et que bon nombres de vaillant soldat y ont laissés la vie. Nous passions devant les tentes d'autres divisions. Je me disais qu'Hichiro se trouvait là, quelque part, je n'avais plus eu de nouvelle de lui depuis le soir où nous nous sommes engagés. En tout cas j'espère que tout se passe bien pour lui...

Nous continuions notre route, le champs se trouvait à une dizaine de kilomètre de là. J'entendais des ricanements derrière moi, et l'ont me lançait des petits cailloux. Quelle bande de cas sociaux. Que la déesse Feca leur vienne en aide, afin de remplir un peu leur cervelle de chaferfu. Encore une pierre... puis encore une. J'étais au premier rang, à côté du chef qui hurlait "Une ! Deux ! Une ! Deux !" Je n'osais pas réagir. Ces idiots continuaient, ça les faisaient rires en plus. Je devenais fou. Ma tête va exploser. Les "Une ! Deux !", "hihi", "haha"... je sentais que j'allais craquer. Puis encore une pierre. Trop, c'est trop ! J'agrippas la première chose que je trouvais sous la main, pas de bol, c'était l'épée accrocher à la ceinture du chef, je pris le type qui se moquait de moi par le col, lui flanqua un coup de boule et lui mis l'arme sous la gorge.

"Tu te fout encore une fois de moi, je te tue. JE TE TUE ! T'as compris enfoiré !
-Hé, calme toi, excuses moi ! Dit-il surpris et désorienté."

Le chef m'attrapa l'épaule et me tira vers lui.

"T'as du cran morveux ! T'en aura besoin. Mais touche encore une fois à mon arme et je te tue. [Il se tourna vers les autres et dit] Si l'un de vous cause problème à n'importe qui, je lui réserve le même sort ! Vous m'avez compris ?"

Un silence de mort pris part à la conversation. Puis nous continuions d'avancé.
Le champs était devant nous. Le terrain était étrange. C'était calme et en même temps angoissant. Ca ne ressemblait pas à un champs, justement, il y avait du relief, des rochers, des arbres, des fossés, des marrais. Le chef nous a simplement dit "avancez tout droit, rendez vous au bout à environ 500 mètres." Puis il partit.

nous regardions tous ce qui nous attendait. Mais c'était tellement calme. Comment imaginer que cette endroit semait la terreur dans l'esprits de certaines personne. Tout à coup, un abrutis hurla "Chacun pour soit ! " Puis il couru comme un fou. un sinistre bruit se fit entendre "pipipipipipipipiiii" puis une explosion. Le type avait disparu, volatilisé. J'entendais derrière moi de petits gémissements, des "maman..." et les dents claquer. Je me retourna et dis :
"Vous faites les gros durs avec vos bras ! Bande de poules mouillées !" En réalité j'étais, moi aussi, mort de trouille, mais pas de place aux émotions ici. C'est la loi du plus fort, je commençais à m'en rendre compte.

Un sadida me dit " Va-y, puisque tu es si malin !" Puis les autres affirmait ses propos"Ouais ! Va-y ! Frimeur !". Il m'énerve. Je n'ai aucune envie de les aider. Je commençais mon épopée. Seul. Sans savoir ce que me réservait l'horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Ven 6 Avr - 16:07

Chapitre 10 - Le colonel


Je marquais mon premier pas dans le champ, sous les regards dépités de mes camarades. Quand un bruit sinistre résonna "BIIIIIP BIIIIIP BIIIIIP". J'eu le temps de faire une armure pour me protéger de l'explosion. Les autres, qui n'étaient pas encore entrés dans la zone râlaient
"C'est facile quand on est un feca ! Tu fais le malin derrière tes armures mais en combat tu vaux pas un clou ! "
Je souriais, j'avais envi de me retourner et leur lancer un bras d'honneur. Je ne sais, d'ailleurs pas, ce qui me retenait. Je me posais à côté d'un arbre pour observer les lieux, élaborer une stratégie et faire l'inventaire des objets utiles dans mon sac. Voilà ce que j'avais, quelques fils, des morceaux de pain, du poisson... qui commençait à sentir mauvais, ma gamelle, de l'eau, une boite de préser... enfin bref, et une petite dague de poche. Je brisais une branche et la taillait pour me faire une arme. Il était temps d'y aller. Mon premier objectif était d'atteindre une colline afin d'avoir une vu d'ensemble, qui sait si de la haut, les tofu's seraient visible... Je l'espérais en tout cas. En route !

Le sol était recouvert de gravier, ce qui compliquait sérieusement mon ascension, les cailloux qui roulaient sous mes pieds me faisaient trébucher, sans compter le bruit dû aux éboulis. Pas pratique pour une approche silencieuse, mais après quelques minutes j'arrivais au sommet. J'avais droit à un décors étonnant.





Ca n'allait pas être simple, le chef ma interdit tout téléportation, sous peine d'exclusion. Il nous a dit qu'il serait à 500 m, mais de quel côté... Est, ouest ? il aurait été dommage que je me trompe de direction. Plus court serait mon séjour ici, mieux je me porterais. Je décidais de passer par la grotte qui se situait en bas, dans la vallée. Tout à coup, le même bruit qu'avant me fit sursauter "BIIIIIIP BIIIIIP BIIIIIIIP !!!!" celui ci était proche de moi, je n'avais que quelques dixièmes de seconde pour réagir, mon premier réflexe fut de le frapper avec le bâton pour le repousser, ce qui a plutôt bien marché. Il s'envola dans les airs et explosa. Je reprenais tout doucement mon souffle. Ce lieu est étrange, il est traître, l'impression que tout va bien, alors qu'un danger peur arriver n'importe quand, sans qu'il se soit annoncé. Au lien j'entendais mes camarades hurler. Que pouvais-je faire pour eux ? Je continuais ma route. les tofu se faisaient de plus en plus nombreux, provenant de toutes parts, je commençais à m'habituer à l'exercice, les renvoyer devenait un jeu d'enfant. Je les voyais me regarder, énervés. Ils prévoyaient quelques choses. La grotte était à quelques pas de moi. Les tofus se mirent à courir vers moi, se déployant dans les airs et s'écraser sur moi tel des météores. Ce coups là, pas possible de les renvoyer, ils explosaient juste avant que je ne les touches, les armures me sauvèrent. Je pu alors rejoindre la grotte, je vis les tofus s'enfuirent à mon arrivé. Une grande fierté s'empara de moi, "Vous avez peur hein ! Bande de lâches ! Mauviettes ! Tofus mouillés !". En l'espace de quelques seconde il ne restait plus que moi. J'en profitais pour continuer ma route, j'entrais l'antre. J'étais surpris de la luminosité qu'il y avait ici, je m'attendais à un gouffre sombre, effrayant, mais non, le couloir était assez étroit, mais s'étendait seulement sur une cinquantaine de mètres, ce qui permettait à la lumière provenant de l'autre côté d'éclairer ma voie. Une fois sortie j'escaladais le plus haut sommet du champs, celui qui se trouvait juste en face de la colline ou j'étais il y a quelques heures. Ce qui m'intriguais le plus, c'était de ne croiser aucun monstre. Je n'allais pas me plaindre. Une fois en haut je pouvais voir à 360°, il y avait au nord-est, une petite maisonnette. A mon avis, le chef y est. Mais dans la vallée je voyais mes camarades en baver. Les tofus étaient vraiment nombreux comparé à eux. Je comprend où ils étaient tous passés. Je commençais à descendre, pour moi c'était finis. Quand j'entendais crier mon nom. J'ai d'abord pensé à une hallucination, mais l'écho se répétait. "BIL", "BIL", "BIL". Hors de question de retourné la bas. Tout à coup, une monstrueuse explosion me glaça le sang. Je remontais au pic, et je vis un cratère qui avait détruit une grande partie du champs. Il restait trois hommes, allongé, inerte. Une armée de tofus arrivaient vers eux. Au diable l'autre sergent et ses menaces. Que la déesse Feca me foudroie si je ne les aides pas. Aussitôt dit je me téléporte à leurs côtés, tente de les agripper tous, et me téléporte à nouveau au sommet du mont.
"Merci !" me dit un jeune ecaflip. J'espérais juste que ma n'ait été repéré.

Une fois à la cabane, Le sergent s'approcha de moi, furieux.

"Légionnaire Bil !
- Oui Chef ?!" Il grommelait.
- Ne vous ai-je jamais dit de ne pas m'appeler ainsi ?
- Excusez moi, euh...
- Sergent chef ! La punition de ce matin n'a pas servit ?! Bref ! Je vous ai vu vous téléporter, ne vous l'ai-je pas interdit ?
- Mes camarades étaient en danger, vous vous en foutez de leur vie ?
- Exact ! Seul les vaillants peuvent passer cette épreuve, c'est le but.
- Une épreuve... on parlait d'exercice ce matin.
- Peut importe, vous me plaisez légionnaire bil !
- Co.. comment ça ?"
Il riait.
"Ne vous en faites pas, rentrons à la caserne, nous préparer a la fête de ce soir, je vais vous présenter à un ami à qui vous devriez intéresser."

Là il me fait vraiment peur. Mais bon, il fallait rentrer, rentrons. J'aidais un osamodas à marcher, il s'était briser la jambe lors de l'explosion. Une fois arrivé on se lava et s'habilla pour aller à la soirée. Arrivé la bas, le sergent m'appela "Bil ! Viens voir, je dois te présenter à un ami !" Je m'approchais, sceptique. Il était avec un homme, plus grand et plus costaud que lui, un Iop. "Bil je te présente le Colonel Grixxou. Ma foi, je vous laisse, vous devez avoir des choses à vous dire ! A plus tard." Que voulait il dire par "des choses à nous dire". Le colonel commençait à parler, mais je n'écoutais pas, je venais de voir quelques choses qui me sidéra.
Devant moi, sur la scène, Hichiro, dans un petit costume blanc, jouant du saxophone dans l'orchestre de la soirée. Grixxou parlait toujours dans le vent.

Je dis, obnubilé par ce que je voyais "Oh le planqué !" Le colonel, surpris, exprima un simple "Hein ?".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Mer 2 Mai - 10:39

Chapitre 11 - Section secrète !

"Hichiro !" Hurlais-je dans la salle. Tous les regards se tournaient vers moi, un long silence s'installa. Le colonel, du haut de son impressionnante taille me regardait. Dépité. Je courrais rejoindre Hichiro pour l'agripper par son manteau blanc.

"Hé ! C'est quoi cet accoutrement ? Tu fais de la musique toi ?
- Si tu savais... J'me suis engagé pour défendre mes valeurs et dès mon premier jour l'on m'a mis ici, à jouer pour des ivrognes qui ne pensent qu'a s'engraisser la panse.
- Dur... Moi j'ai réalisé un exploit aujourd'hui. Enfin c'est ce que l'on m'a dit...
- Oui ! Je me demandais en effet ce que tu faisais ici... Les novices n'ont rien à faire à ce genre de soirée. Alors comme ça le petit Bil est un héros.
- Je n'suis pas un héros. J'ai juste fait un exercice et voilà.
- Modeste en plus, mais tu sais si..."

Le colonel Grixxou nous arrêta dans notre discussion.

"Dites les gars... Je suis heureux que vous vous soyez retrouvé, c'est bien, wouhou, mais j'ai quelque chose d'important à te proposer Bil, donc si tu pouvais m'écouter. Je pense que ton ami n'a pas finis sa petite prestation musicale, n'est ce pas Légionnaire ... ?
- Hichiro, monsieur.
- Voilà. Donc retourné à vos occupation et laissez nous."

Hichi' rougissait puis remontait sur scène.

"Ce n'est pas sympa de lui parler comme ça. Lui dis-je.
- Peu m'importe. J'ai une proposition très sérieuse à te faire. Prenons un verre."
Il appela un garçon et nous prit deux bières d'astrub.
"Ce que je vais te dire est secret. Je te fais donc confiance, rien ne doit être divulguer. Si l'ennemi a connaissance de ce plan. Brakmar risque de connaitre de sérieux problèmes.
- C'est fou ce que c'est bon ce truc. Garçon ! Une autre !!
- Tu m'écoutes bon sang ?
- Oui, oui, brakmar, secret, ennemi...
- Concrètement, vous êtes engagé dans une organisation secrète. Vous n'avez pas le choix. Tout refus, fuite ou autre sera considéré comme trahison et je me réserverais le droit de vous éliminer.
- Vous êtes sérieux ? [Une boule se bloqua dans ma gorge]
- Plus que jamais."

Hichiro sauta sur la table en hurlant "J'ai tout entendu. Je suis des votre ! J'en peux plus de rester ici. A voir ces idiots toutes la journée.
- Comment ça entendu ? Vous êtes sur scène depuis avant.
- J'ai lu sur vos lèvres..." Il riait cet abrutis. Un homme attira Hichiro vers lui et le frappa.

"C'est qui que tu traites d'idiot ?!"

Une lutte entre les deux ignares commença au milieu de la salle. Puis le combat pris de l'ampleur. Les hommes se lançaient des cruches, des tables. Les coups allaient dans tout les sens. Du sang coulait, des dents volaient. Un brouhaha d'injures, de cris se mêlaient avec la musique, dont certains instruments servaient d'armes ou de projectiles.

Soudains, la porte claqua. Tout le monde s'arrêta. Une ombre arrivait. Elle avait défoncé la porte à coup de pied. Grixxou se mis à genoux et demanda la clémence de cette personne. Moi, j'étais caché derrière une table avec Hichiro, pour lancer des couverts.

"C'est quoi ce foutu bordel ?!" J'étais surpris de constater qu'il s'agissait d'une voix de femme.
"Qui est l'auteur de tout ça ? J'exige des explications." Un homme, que je ne connaissais ni d'Eve, ni d'Adam, nous pointait du doigt, nous, qui regardions la scène du coin de l'oeil.
Elle avait l'air frustré. C'était une Eniripsa je crois. La légère fumée formé par la bagarre ne me permettait pas de bien voir. Hichiro m'emporta dans les loges des musiciens.

"Attrapes ça, ça et ça !! [ Il me lança son arc, quelques flèches et sa veste]
- Je ne suis pas à ta disposition hein... !
- T'occupes ! On met les voiles !" il ouvrit la porte et s'enfonça dans un couloir en hurlant mon nom pour me dire de le suivre. Ce que je faisais. Au point où nous en étions... Il cassa une petite fenêtre qui se trouvait là. Nous y passions pour nous échapper. La femme courrait dans la caserne pour nous arrêter. Elle était accompagner d'hommes. Dont Grixxou. Ils criaient "Halte", mais impossible. Si on se faisait attraper maintenant, c'est sûr, c'est le bagne ! Hichiro escaladait la grille qui entourait toute la base. Une fois franchis, il m'entraîna vers un cours d'eau et y plongea en me disant de ne pas réfléchir et de fuir.
Je pouvais entendre le cris des dragodindes. Les vibrations de leur pas m'atteignaient sous l'eau. Preuve qu'il n'était pas loin. Nous sortions de l'autre côté de la berge, où nous pouvions voir nos pourchasseurs restés de l'autre côté. Hichiro semblait soulagé. Mais bien sûr... sa vantardise pris le dessus.

"Bande de lavettes ! Bande de lavettes ! Bande de...
- Bande de ? "

Il se retourna, c'était elle. Je ne l'avais pas vu approcher.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Jeu 21 Juin - 18:09

Chapitre 12 - Dolce Vita !


Je me réveillais. Je ne voyais rien. Un peu dans les vapes j'essayais de me secouer pour retrouver mes esprits. Mais le noir embrouillait mes sens. Aucune source de lumière, je tentais de trouver une aération, une moyens de sortir, mais rien. Je constatais que la pièce dans laquelle je me trouvais était minuscule. J'hurlais dans le but qu'on m'entende, mais aucune réponse. La claustrophobie s'emparait petit à petit de moi, la pression montait et je me sentais de plus en plus mal, des larmes perlaient autour de mes yeux. Soudain une petite lueur apparut. "Suit moi" me dit-elle. Je ne comprenais pas trop, mais je la suivait. J'étais surpris de constater un allongement de la pièce. Je ne pouvais pas le voir, mais je le sentais.
"- Ne me perd surtout pas de vue. [Me dit la petite voix]
- Qu'est ce que ça peux te faire ?
- A moi, rien, mais à toi ça serait problématique, tu te perdrais et je ne compte pas revenir te chercher.
- Rien à cirer !
- Arrêtes de jouer les durs."


Saleté ! tu vas voir quand j'serais dehors. Soudain, je me retrouvais dans une pièces. Face à une porte.Elle s'ouvrit et devant moi se trouvait une armée d'aventurier. Ils me semblaient fort, indestructible. Je faisais pâle figure face à eux. La chambre était immense, elle faisait au moins 30m de haut. Le sol était recouvert d'un tapis rouge, les murs étaient recouverts de dorures, de vitraux. Des lustres de cristal étaient suspendus. Le plafond était orné d'une peinture représentant les dieux en harmonie avec les dofus et les monstres du monde des douze. Sur le trône, au bout de la salle, siégeait une petite Eniripsa. C'était la fille du bal. Elle se leva et me salua. Puis elle ajouta "Allons y Bil, Montre moi ce que je devait voir. Tu es dehors."
La garce. Une boule remontait ma gorge. J'étais seul face à une foule de guerrier de toute classe. Puis elle ajouta :
" Je plaisante, tu à l'honneur de pénétrer dans le repaire sacré et secret de la Dolce-vita. [à cet instants, les membres de l'assemblée s'agenouillèrent.]
- J'en ai pénétrer d'autre ! [Hurlais-je en riant, mais... personne ne riait]
- Je ne relèverait pas cette blague des plus brillantes. J'en étais donc...
- Et vous êtes dirigé par une bonne femme d'un mètre 10 ? Bande de froussard !"


Je me pris un coup. Le type derrière moi ne s'était pas prosterné comme les autres.

"T'es qui toi ? [Lui dis-je]
- Parl pa kom sa à ma mef ou jte dégaume !
- Couché petit toutou ! Comme les autres moutons ! [Je me pris un deuxième coup]
- Jsui chèf osi ici ! G pa bsoin dme mètr à genou moa.
- Bordel, diriger par un illettré aussi ? [ J'allais, pour le frapper à mon tour, mais une main m'arrêta. S'était celle d'Hichiro. Il me dit]
- Fait pas ça Bil, devant toi sont présents les plus redoutable guerrier de la région. Ecoute ce que le Chef a à te dire."


Je me retournais vers l'Eniripsa, elle repris son discours.

"Moi c'est Ciuna, la personne avec qui tu t'es querellé c'est Supo, mon tendre mari [Elle lui dit un clin d'oeil] Il a été élevé au campement Bwork, voilà pourquoi il ne maîtrise pas tout à fait la langue. Mais je lui apprend et il fait des progrès net.
- Ok, ok, ok. Et tout cela rime à quoi ? Pourquoi je suis ici, je dois aller à Otomaï.
- Tu iras plus tard. Pour. Je te fias l'honneur d'intégrer nos rangs.
- Et pourquoi cet honneur ?
- J'ai eu de bons échos de la part de Grixxou, notamment l'éloge d'un exercice militaire que tu aurais effectué.
- Et pour ça vous me prenez ?
- Ta présence au sein de notre assemblé est nécessaire dans la lutte contre Bonta. Ainsi que dans la recherche des dofus.
- Mon objectif c'est Otomaï.
- Tu iras. Nous devons parcourir le monde des douze, une troupe de guerrier pourra t'accompagner. Mais, en échange, des missions te seront ordonnées et tu ne peux les refuser.
- Il faudrait que je réfléchisse non ?
- Pas le temps, cela fait déjà 1 mois que nous attendons ton réveil.
- Un mois ??? Mais je pensais avoir dormi deux ou trois heures.
[Elle riait] - Quelle est ta réponse ? Hichiro a déjà été séduit par nos rangs.
- Hein ? [Je me retournais vers lui, il haussa les épaules en me regardant, avec son sourire niais. Abrutit.] J'accepte.
- Parfait. [Puis elle dit aux aventurier, toujours agenouillé] Vous pouvez sortir le ballais que vous avez dans l'trou d'balle bande de tarlouze !"


Je la regardais du coin de l'oeil. Tandis qu'ils venaient un par un me saluer :
"Salut, je me prénomme taktillerix, disciple Feca, le plus doué de tous."
" Salut moi C'est Indy, capitaine de navire ! "
"Slt, moa c Supo, Ciu te la di, jsui osi chef ! Et plu jms tu parl mal à ma mef ou jte DEGOME ! "
" Enchanté, moi c'est Pandi, disciple Pandawa, compagnon de Tak."
"Salut, moi c'est Breizh. Breizh de neizh. Je suis disciple Iop"
"Hey, p'tit gars, moi c'est Banco, Enu à temps pleins ! T'as pas des p'tites meufs à me montrer ?"
"Salut tête de testicule de tanuki san ! Moi c'est Win et lui Chap ! C'est tout."
"Salut. Moi c'est ShaSha, fière mangeur de pomme, à toute les sauces : Cannelle, sucre, miel, lailait... mais ma préféré, c'est nature !"
"Salut beau brun, t'es mignon toi, moi c'est Black, alias Pierro. Mais tu peux m'appeler Blacky"


Bref ! Une ribambelle d'aventurier me saluèrent. Ciu repris la parole et m'annonça :

"Plemo-bil disciple feca, tu feras à présents parti de la team "Bil" : composer d'Hichiro, disciple Cra. Ainsi que Kyle, disciple Osamodas. [ Kyle me fit signe de la tête, de loin. l'air ennuyé.] Ton équipe "soeur" sera celle de Crow. tes quêtes personnelles se feront aveux eux. Tes missions de guilde seront à réalisé avec les membres volontaire de toute l'unité !"

Enfin, elle me remis un bouclier marqué de l'emblème. Et donna congé à chacun d'entre nous. Elle monta à ses appartements et invita Supo. Je les regardait. Elle ferma la porte. Je repartais en riant.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Sam 23 Juin - 12:55

Chapitre 13 - Première Mission !


La légion n'avait pas duré longtemps. A peine engagé, me voilà déjà mercenaire d'une organisation privé. J'étais plus ou moins libre de mes actes. Je veux dire par là que, contrairement à la milice brakmarienne, je peux, maintenant, aller où je veux et quand je veux. Tout en sachant que mes priorités de mouvements dépendent des missions pouvant être attribué à mon équipe.

Voici 2 jours que je suis entré dans la guilde, et je me rend au près de la maison de Moneta, accompagné de Kyle et Hichiro. Cela faisait un moment que je ne lui avais pas donné de nouvelles. Et ce n'est sans doute pas mon imbécile d'acolyte qui allait le faire. A quelques lieux d'arriver enfin un destination, un tofu voyageur apparu devant nous. Il portait un message :




Ordre de mission I pour la team BIL.

Début : immédiat.
Fin : Indéterminé.
Contexte : La fille de Dazya. Sénateur de Pandala, premier disciple de son Dieu. A été enlevé par une horde de Bwork. Le Bworker lui même était présent, accompagné de troll et de mulou. Semblerait il que le Meulou en personne ait participé à ce drame. Il nous est impossible de définir où se cachent ces vils truands. A vous de les trouver. De ramener la fillette vivante, directement à son père. Vous avez carte blanche pour toutes actions mené.
Membres concerné par la mission : Kyle, Plemo-Bil, Hichiro.
Membres exceptionnels : Supo.
Lieu de rencontre des membres le plus rapidement possible : Sufokia.
Récompense : 4 Millions de kamas.

Vous n'avez aucunement droit à l'erreur.







"Plemo, kyle, allons y ! [Dit Hichiro]
- Sufokia... ils ont bien choisis l'endroit eux.
- C'est comment ça, tu peux nous téléporter Bil ?
- Ouaip, allons y."

Une fois arrivé, je me posais sous un chêne, attendant l'arrivé de Supo, qui, je pense, servirait de traducteur lors d'éventuelles négociations. Hichiro jouait de la flûte au bord de l'eau, tandis que Kyle s'amusait avec des tofus. Il est bizarre d'ailleurs. Il ne parle quasiment pas. L'unique chose que je sais de lui... c'est son nom.

"Slt lé zami !!! Dsl jsui en retar mè g éT ralenti !
- Un Xelor en retard ? J'aurais tout vu ! [dis-je]
- Par où commençons ? [Demandais Hichiro]
- Je pense qu'il faut aller voir du côté des bwork.
- Nn pluto chè lé troll à coté dbonta ! Enkor 1 cou de c salo ca c sur !
- Non je penche plutôt pour l'avis de Plemo ! Les Bworks, ou alors revoir notre chère ami le Meulou !
- Nn jte di lé Troll !
- Et si nous commencions par le commencement ? Pandala.[dit Kyle, très calmement.]"


Il dégageait une atmosphère étrange. Un mélange d'innocence, de puissance et de tristesse.
"En route pour Pandala" ordonna t-il !






_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
plemo-bil
Cowboy
avatar

Messages : 786
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 24

Personnage
Classe: Féca
Elements:
Niveau: 200

MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   Mar 11 Sep - 21:20

Chapitre 14 - Ile fantôme


Nous voilà à pandala, après 2 lunes de marches. Je n'aime pas vraiment les îles de ce type, il fait chaud et humide, il y a des moskito, des larves partout. Je transpire, j'ai soif, je colle. Insupportable. Hichiro ne fait que se plaindre. Je ressent des pulsions meurtrière à chaque fois qu'il ouvre la bouche, déjà à cause de l'odeur qu'il dégage, mais aussi à ses remarques inutiles. Supo m'a raconté sa vie tout le trajet, à force de décrypter son langage j'ai mal à la tête. Kyle lui n'a pas été très bavard. Selon lui "Pandala est la source, allons interroger les habitants de l'île, ils en savent plus que n'importe qui" Le souci c'est... qu'il n'y a personne. Les fenêtres et les portes sont clouées de planches. Hichiro hurlait sur la place principale. Mais aucune réaction. C'était presque frustrant d'avoir parcouru tant de chemin pour ça. Kyle nous proposa d'aller a pandala feu, là où se trouve le repère des plus grands, le repère de Dazya. Il avait géré l'expédition, je ne m'opposais pas à sa décision. Une fois sur place, un sinistre décors nous était dévoilé, des femelles et des enfants panda brûlé, tué, pendu. Les flèches, les touffes de poils et les griffes sur les murs confirmaient l'ordre de mission. Seul des bworks et des canidés sont capable d'un tel massacre.

C'est alors que je me précipitais dans la maison du Sénateur, il n'y était pas. Il ne pouvait pas être parti, ses affaires sont là, et de toute façon, nous étions censé ramener sa fille ici. Que s'était il passé ici ?

"- Les mecs ! Matez moi la fille du Boss ! Elle est plutôt pas mal non ?! [Dit Hichiro en nous montrant une photo]
- C pa lmomen jte ldi moa ! Plemo on fè koa du cou ?"

J'en sais rien, je ne savais pas quoi faire. Je voulais réfléchir mais je n'arrivais pas à me concentrer. Soudain un régiment de bwork passait dans la petite ruelle, il devait être 200.
Alors que je tentais d'élaborer un plan, Supo et Hichiro étaient déjà dehors à combattre.
Kyle soupirait.

"- Ils sont encore plus stupide que ce que je pensais. [me dit-il]
- laissons les faire, je prend pas le risque de me blesser alors qu'ils fonce dans le tas.
- Ke ki fonsse ds ltas ?
- Ouaip ? Un soucis ? "

Ils étaient déjà revenu. Je me hâtais dehors pour les interroger, mais tous morts.

"- Vous n'en avez laissez aucun ? [leur demandais-je]
- A tu c mon pti plemo, c bwork c kome les wabit, ten lesse kelke un et il ten refon 20 fois plusse.
- Et du coup on interroge qui, comment ?
- hééééé jy é pa penC..."

Kyle se levait, et s'énerva "J'en ai ma claque d'être avec des idiots pareil ! Première mission et on est pas foutu d'attraper des bworks. Je dis, JOLI ! " Il invoqua 3 tofus et les envoyas trouver les ennemis les plus proches.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire du plastique recyclé !   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire du plastique recyclé !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dolce Vita :: La Zone Freestyle :: Role Play-
Sauter vers: